Le yoga pour les très grands voyageurs et le personnel navigant des compagnies aériennes

Les très grands voyageurs et le personnel navigant des compagnies aériennes sont des  populations particulièrement exposées à un rythme de vie particulier qui en fait de parfaits sujets pour le yoga !

Horaires de repas irréguliers, alimentation moyennement régulière, réchauffée, décalages horaires, positions contre nature dans les transports, sommeil perturbé, voilà la vie de ces grands voyageurs.  Ils souffrent bien souvent des maux suivants (chiffres tirés d’une étude réalisée pour Air France) : troubles du sommeil (78,50% des interrogés), troubles ORL 69%, troubles articulaires (dorsalgie, lombalgie) 68%, troubles neurologiques (maux de tête) 51%, troubles circulatoires 46%, troubles dermatologiques 40%, troubles psychologiques (dépression, troubles associés) 40%.

J’ai posé la question suivante à un ami commandant de bord chez Air France, pratiquant de yoga : « En tant que pratiquant, en quoi le yoga t’aide t-il dans ton travail ? »

Réponse : « A bord la pratique de postures est  difficile, quoique possible dans nos espaces repos sur long courrier. Il est vrai que le vol en haute altitude est toxique à haute dose, très desséchant.

Personnellement je pratique quelques étirements sur mon siège, des mouvements de bras liés à la respiration, quelques torsions – que nous sommes de toutes façons obligés d’effectuer à cause de nos gros manuels de navigation à manipuler ; j’essaie de faire Tadâsana et Uttanasana de temps en temps dans la journée afin de détendre mes lombaires. Enfin il m’est arrivée de faire quelques prânâyâma quand je pressens des difficultés importantes à venir (météorologiques plus particulièrement) tel que Nadishodana pour calmer l’esprit (inspire à gauche, expire à droite, réinspire à droite, expire à gauche et ainsi de suite).  L’environnement, malheureusement, est peu propice à la méditation, et au poste de pilotage particulièrement… haha. »

 

Alors, que peut faire le yoga contre les maux des grands voyageurs ?

L’Âyurveda ou médecine indienne, a constaté que ces « voyageurs d’affaires » ou personnel navigant doivent faire face à des conditions et des rythmes de vie particuliers et des changements de climat successifs qui augmente terriblement leur terrain « Vata » c’est-à-dire que ces personnes ont trop d’air en eux et se dessèchent.

En Âyurveda, on dit qu’il existe 3 « terrains » qui gouvernent le corps (et le monde en général) : Vata (espace/vent), Pita (le feu), Kapha (la terre, l’eau). Quand il y a un déséquilibre, l’une de ces forces est beaucoup plus présente dans le corps et déséquilibre l’organisme.

C’est le cas de ces grands voyageurs, ils ont trop de Vata. Ce sont des gens qui peuvent avoir des problèmes de peau/cheveux/ongles, des articulations douloureuses, être constipé, avoir de l’aérophagie et connaître une hyperactivité perpétuelle du corps et/ou de l’esprit, des problèmes de mémoire ou de concentration. Et à plus long terme, des problèmes plus sérieux (circulation, problèmes cardiaques….) peuvent apparaître.

En effet les facteurs extérieurs qui stimulent l’humeur « Vata » sont tous les changements en général (climat, diète, saison, voyage), un climat froid et sec, venteux, trop climatisé, l’activité physique ou mentale trop importantes.

Pour ces personnes, concernant l’alimentation,  il faudra éviter les saveurs amères, astringentes et piquantes. L’âyurveda conseille pour ce type de terrain de privilégier les saveurs douces (sucres, huiles, graisses, lait de vache, blé, riz, huile tournesol) qui donnent de la force, défatigue les sens et l’esprit et régénère la peau et donne de la paresse, détente (ils en ont besoin !) ainsi que les saveurs salées (sel, fruits de mer, tous les minéraux) qui stimulent la digestion, ont un effet calmant, diminuent la raideur et les tensions.

Il faudrait idéalement « se mettre à terre » et mettre « un peu de terre » dans le corps en pratiquant des postures qui agissent sur le socle : séries de postures debout mais surtout assises et allongés (et vu le temps passé debout, ou dans les aéroports, ce sera un confort de s’asseoir et s’allonger !)

En effet, du côté des postures, ces personnes doivent pratiquer un yoga doux, des postures reposantes, tranquilles et relaxantes, des expirations plus longues que les inspirations, pour bien vider l’air du corps. Obliger l’esprit à se calmer tout en l’occupant peut être avec des sons durant la pratique.

Excellente aussi pour ces grands voyageurs, la relaxation, s’allonger tout simplement sur le sol de leur chambre d’hôtels, entre 2 escales, pour faire des respirations douces, tranquilles en cherchant à expirer de façon lente, longue, profonde. Privilégier toujours pour ces profils l’expiration à l’inspiration. Des expirations très lentes et très douces.

Enfin, j’ai bien aimé ce que m’a dit mon ami pilote :

« Notre métier est dur et contraignant mais du point de vue du yoga, j’ai la chance de m’offrir de très beaux moments d’éternité ! En effet, la contemplation de la terre vue du ciel, mais aussi du ciel profond et noir sans lune ou des nuits océaniques ou africaines, me comble d’une espérance inexplicable. C’est cette part du voyage qui n’appartient peut être qu’aux aviateurs, et aux marins, que j’aime et qui rend aux hommes une signification spirituelle, des inquiétudes spirituelles et permet comme l’écrivait Saint-Exupéry «de redécouvrir qu’il est une vie de l’esprit plus haute encore que la vie de l’intelligence, la seule qui satisfasse l’homme… »

Alors, PNC des compagnies aériennes et grands Voyageurs en général, le yoga est particulièrement une bonne voie pour vous tous ! Pratiquez et ENJOY !

Yogie et voyageuse. Tentant la zénitude à tout moment, même en voyage !

Be first to comment