Les 8 membres du yoga / 4ème membre, le Pranayama

Le Prana c’est l’énergie vitale en nous. Le prana ne se voit pas, ne se touche pas, ne se mesure pas mais sans lui nous ne vivons pas.

Une petite histoire indienne à propos du Prana : les membres d’un corps se demandent lequel d’entre eux est le plus important. Les yeux disent « nous sommes les plus importants car l’être humain peut trouver sa nourriture en mangeant ». Les bras disent « c’est nous les plus importants car l’être humain peut prendre sa nourriture et manger avec nous ». Les jambes disent « on peut se déplacer pour aller chercher de la nourriture et nous sommes les plus importants ». Alors tous se disputent et arrivent à cette conclusion « on va tous quitter le corps humain et on verra lequel d’entre nous est le plus important…. » puis vient le tour du Prana de partir et là, tous les organes se mettent à paniquer et lui demandent de ne pas partir car en fait ils réalisent que c’est lui le plus important, sans lui le corps meurt.

Le prana amène l’air, il est à l’origine de notre monde, le prana c’est la vie ! Si le prana n’est pas bon alors il y a des maladies de type colère, dépression, tout problème émotionnel mais aussi, par exemple, l’asthme ou un problème de dos vouté.

C’est pourquoi on pratique le PRANAYAMAH lors d’une session de yoga. Pour énergiser le corps et l’équilibrer.

Le pranayamah peut se pratiquer si on fait des asanas régulièrement. Les conditions sont d’avoir une bonne assise droite (alignement de la gorge, du sternum et du périnée), savoir prendre conscience de son souffle, savoir contrôler les « vegas » (ce qui sort par le haut : hoquet, éternuement, bâillement, toute pulsion vers le haut) et pouvoir tourner un minimum sa conscience vers l’intériorité.

Donc le pranayamah est le contrôle du souffle. Il existe plusieurs techniques (narines alternées, rétentions, rythme, durée…), par exemple : inspirer par la narine gauche, expirer par la droite et inversement (nadishodana), inspirer par les 2 narines, expirer à gauche ou à droite ou alternativement. Inspirer seulement par la narine gauche et expirer à droite ou l’inverse etc…. On peut également faire, pour les plus experts d’entre nous, des rétentions poumons pleins ou poumons vides. Mettre des rythmes respiratoires : inspirer en 6 secondes, expirer en 8 secondes puis en 10 etc….

Mais attention, il faut être guider par un professeur pour pratiquer le pranayamah. Et comme pour les postures, pratiquer relax, cool, pas de compétition… sinon la fréquence cardiaque va monter.

Si le pranayamah est bien pratiqué, il apportera de nombreux bienfaits notamment il va développer une perception de plus en plus subtile, on est plus à l’écoute, on pige plus vite et mieux, on a plus de subtilités de perceptions….

Alors ? Convaincus ?  PRATIQUEZ et ENJOY !!!!

 

 

 

Yogie et voyageuse. Tentant la zénitude à tout moment, même en voyage !

Be first to comment