Les 8 membres du yoga – 1er membre, les yamas / 2ème membre, les niyamas

Les 8 membres du yoga sont :

 
Yama                   C’est tout le relationnel extérieur
Niyamâ              C’est le relationnel avec soi même
Âsana                 C’est la pratique des postures
Prânâyâma     C’est la pratique du souffle
Prathyahara   C’est savoir gérer les 5 sens de perception
Dhâranâ           C’est la concentration
Dhyâna             C’est la méditation
Samâdhi           C’est le samâdhi, l’état de yoga

 

Les yamas et niyamâs, premier et second des huit membres du yoga, sont une source inépuisable d’études des relations avec les autres mais aussi avec soi même. Mieux on se comporte avec les autres, mieux on se comporte avec soi même et l’inverse fonctionne aussi ! Chaque jour de notre vie, nous sommes confrontés à des situations dans lesquelles les yamas et niyamas peuvent nous apporter des éléments de réponses….

Premier membre : Les Yamas

Ce sont 5 propositions pour améliorer notre relationnel avec les autres. C’est une sorte de « code de conduite », de « savoir vivre » avec l’autre . De nombreux grands hommes se sont inspirés de ces préceptes, ne serait-ce que Gandhi ou Nelson Mandela. Cela semble simple et pourtant… c’est souvent si compliqué à appliquer :

–         Ahimsa, pas de violence ; éviter la violence physique bien évidemment mais aussi la violence par la parole. On blesse facilement avec les mots, et même la plupart du temps non intentionnellement ! Se laisser emporter par l’énervement, l’agacement et lâcher une parole mal adaptée qui pourra être perçue comme « violente » par son enfant, son conjoint ou collègue. On peut même blesser avec une tenue vestimentaire ou un regard…

–         Satya, être vrai, dire la vérité…. Dur exercice ! tellement tentant de raconter un bobard pour annuler un rendez-vous, alors que dire la vérité, finalement c’est très simple ! Il faut toujours essayer de dire la vérité et si besoin de façon douce si ce qui est à dire est délicat. Et les yama nous enseignent qu’il ne faut jamais mentir pour faire plaisir. Par exemple il ne faut pas cacher à une personne qu’elle est gravement malade. Ce précepte n’est pas toujours facile et pourtant si on ne l’applique pas, il y aura des conséquences, toujours. Gandhi fut très inspiré par ce précepte. Il créa son concept de la force de la vérité par la non violence (ahimsa), la Satyagraha, à partir de ce concept.

–         Asteya, le non vol, y compris intellectuel ; je rencontre cela tous les jours dans mon travail de communication. Ne pas mettre un crédit photo, citer une phrase sans donner le nom de son auteur, c’est aussi du vol !

–         Brahmacarya, mieux gérer son énergie, ses désirs, être dans le juste milieu à tous les niveaux… Pas de débordement, d’excès. Et ce à tous les niveaux.

–         Aparigraha, ne pas convoiter, rester dans le juste milieu de la possession intellectuelle, affective etc… ni trop, ni trop peu. Chaque jour nous avons tous, occidentaux, à travailler sur ce sujet, nous qui possédons beaucoup trop ! pourquoi le dernier téléphone portable, ordinateur, sac dernier cri, jusqu’où, pourquoi ? Il faut savoir dire stop !

 

Deuxième membre : les niyamâs.

Ils soulignent « le cap » à garder avec soi même chaque jour pour rester dans l’esprit du yoga :

–         Sauca, la propreté mais surtout la pratique quotidienne pour éliminer les impuretés, rétablir sa santé intérieure et extérieure. Monter sur son tapis et pratiquer, nettoyer, purifier le système, le physique, le mental.

–         Santosa, le contentement. Ne serions-nous pas souvent trop dur avec nous-même ? Ne serions-nous pas trop souvent prêt à la critique envers nous-même : je suis nul, je n’ai toujours pas fait ci ou ça, je n’arriverai jamais à rien… et si nous changions de système de pensée ? Se dire que finalement, on n’est pas si nul que cela, si c’était un bon exercice finalement ? Je dirai même que cela peut faire un bien fou ! Les yoga sutras le disent… alors faites-le et vous en verrez très vite les bénéfices !

–         Tapah, littéralement « faire cuire » c’est l’ascèse, monter sur le tapis et faire ses postures quotidiennement, relire ses cours, chercher à continuer à apprendre, toujours, en tout domaine, chercher à s’améliorer, ne jamais se déconnecter.

–         Isvara pranidhanani, la dévotion à son Dieu ou à un être omniscient. C’est la plus haute étape de la recherche de soi.

 

Voilà de quoi réfléchir et méditer !! Enjoy

Yogie et voyageuse. Tentant la zénitude à tout moment, même en voyage !

2 Comments

  • Répondre mai 13, 2015

    Armando

    Mighty useful. Make no mistake, I appecriate it.

  • Répondre mai 13, 2015

    LFB

    SATYA : « chant à pleine voix … et force de vie » herculéenne, pour fêter l’Ascencion. Les yeux brouillés de couleurs…

Leave a Reply