Pratiquer en voyage dans un lieu étroit

 

Lorsqu’on voyage et que l’on est un pratiquant de yoga, on est bien souvent confronté au problème de trouver un lieu adapté pour pratiquer.

Que l’on loge en refuge, en dortoir, en campement ou en chambre d’hôtel.

Pour peu que l’on partage sa chambre, il ne reste guère plus que la surface d’un petit tapis de yoga.

J’ai finalement fini par noter ce que je pouvais faire dans ces lieux étroits et trouver quelques astuces…

Si vous avez juste la taille de votre tapis pour pratiquer, on peut quand même faire beaucoup de choses, y compris en adaptant :

–          toutes les postures debout :tadasana, uttanasana, utkatasana… en adaptant les bras si peu de place pour virabhadrasana

–          toutes les torsions, les triangles en adaptant les bras au besoin, en pliant les bras par exemple ou bien soit les torsions couchées (jatharaparivritthi 1 étant idéal, juste en décalant les jambes) mais sans grande amplitude des bras ou bien les bras sous la tête ou pliés à 45 degrés

–          Les salutations au soleil et à la lune devraient aussi rester praticables si vous avez l’équivalent de la taille d’un tapis.

 

On peut utiliser les murs pour pratiquer : adaptation de tadasana, uttanasana

On peut utiliser les meubles pour pratiquer ! pensez-y… les mains posées sur un bureau, expirer jusqu’à avoir le dos parfaitement à la hauteur du support et étirer bien tout votre dos.

 

Si on a encore moins de places que l’équivalent d’un tapis :

–          asseyez vous en tailleur, faites des torsions en regardant vers l’arrière, une main sur un genou, une main derrière le dos,

–          dans la même position, inspirez et levez les bras, expirez vous et penchez vous en avant jusqu’au sol, les bras bien tendus devant vous, restez.

–          On peut s’amuser à faire des pratiques avec des tous petits gestes de mains, des doigts, assis ou allongé sur le dos, les jambes pliées.

–          Faites quelques mouvements de tête avec votre respiration vers l’avant en expirant, vers l’arrière en inspirant, inspirez la tête de face, expirez en tournant la tête à gauche avec la conscience de tout le travail de votre nuique, puis l’autre côté. Profitez-en pour faire des rétentions poumons pleins / poumons vides… amusez-vous ! soyez imaginatifs.

–          Enfin c’est le moment de faire des pranayamas, par exemple kapalabhati suivi de quelques mouvements, puis à nouveau un autre pranayama : nadishodana ou viloma ou autre !

 

Le yogi connaît bien la notion d’Abhyasa la pratique persévérante (et quotidienne) quoiqu’il arrive (yoga sutra 1.12 et 1.13), …  et ce n’est pas une petite pièce ou un espace limité qui le découragera !

Yogie et voyageuse. Tentant la zénitude à tout moment, même en voyage !

Be first to comment