S’adapter au décalage horaire

On a tous a l’esprit le film « Lost in translation » et les errements et déambulations nocturnes de Bill Murray dans la nuit froide de Tokyo…. Heureusement le contact de Scarlett Johansson va le réchauffer !

Le jet lag ne survient que lors des vols s’étendant sur 3 à 4 fuseaux horaires. Les vols nord-sud et sud-nord ne sont pas concernés bien sûr.

Chacun est programmé génétiquement, et nous sommes assez inégaux face aux traces laissés par le déphasage biologique qu’impose un vol dit « transméridien ».

Mais en général tous ressentons une fatigue après un long courrier, notre corps n’ayant pas été conçu pour aller plus vite que la course du soleil autour de la terre !

Le jet lag se manifeste non pas par de la somnolence (qui se résout avec une petite sieste), mais par une grosse fatigue physique et intellectuelle, parfois des maux de tête, ventre, dos, souci de mémoire. Le jet lag lui est une véritable fatigue profonde qui dure.

Les effets du jetlag sont maximum lorsque l’on va vers l’est (Asie pour nous).

Que se passe t-il alors ? L’organisme se dérègle comme une montre qui ne marque plus la bonne heure et les symptômes (fatigue, soucis digestifs, sommeil perturbé…) peuvent survenir de quelques jours (2) à quelques semaines (2 !) selon l’individu.

Pourquoi ? parce que le reste du corps est beaucoup plus lent que notre esprit, il doit apprendre la gestion du chaud et du froid et cela passe par la sécrétion du cortisol, substance qui permet de gérer l’énergie. Une vraie machinerie…

L’adaptation au décalage horaire est plus facile lorsque l’on se déplace vers l’ouest car on suit le soleil et on s’endort plus facilement après une longue journée de voyage que lorsqu’on arrive à 6h du matin et que l’on doit faire face à une longue journée alors que le corps lui se prépare à aller au lit.

Que faire classiquement pour éviter pour le jet lag ? :

Il faut éviter de faire une nuit courte avant le départ, sinon le manque de sommeil va accentuer la difficulté à s’adapter. Il faut éviter de se déshydrater : beaucoup boire car la fatigue déshydrate le corps. Ne faire faire de repas trop copieux et arrosés avant de partir ou dans l’avion (manger légèrement à bord) et sur place en arrivant. Eviter de prendre des somnifères afin que votre corps s’adapte seul naturellement et pour les voyages inférieurs à 4 jours, ne rien changer, garder le rythme de votre pays.

 

Sur place :

 – mettre sa montre à l’heure du pays tout de suite
– arriver en fin de journée, après un dîner on est plus apte à aller se coucher
– calez-vous aux heures du pays (repas, couchers)
– Faites une marche 20 minutes le plus exposé possible à la lumière afin que le corps comprenne par lui-même quelle heure il est !

 

L’astuce des « somnicaments » !

Pratiquez ces 6 outils tout naturels du Docteur Pérémarty :

–          faire la sieste,
–          se mettre à la lumière,
–          se mettre à la chaleur car le corps jetlaggué a froid et la chaleur permet au corps de se re-synchroniser.
–          se faire plaisir,
–          prendre un bon repas non alcoolisé
–         avoir des contacts sociaux 

 

Qu’est ce que le yoga peut faire contre le jet lag ?

Tout d’abord, quelques semaines avant le départ, on proposera de préparer son corps à « amortir » cette fatigue en le renforçant par des pratiques dynamiques.

Si on voyage vers l’est on doit avancer notre cycle et donc stimuler sa vigilance du matin : prendre une douche plutôt qu’un bain à l’arrivée, s’exposer à la lumière pour faire comprendre à votre corps le nouveau rythme solaire et faites une pratique Bramhana c’est-à-dire dynamisante.

Inversement, si on voyage vers l’ouest, on va devoir calmer le corps, si possible faire une courte sieste à l’arrivée (idéalement 20 minutes), prendre un bain, y aller mollo. On fera une pratique Langhana (pacifiante, calmante), quelque soit l’heure d’arrivée afin de reposer son corps et le préparer à l’endormissement.

Le yogi sait entrer facilement et rapidement dans un état de veille proche du sommeil. Aussi à la fin de votre première pratique en arrivant à l’étranger, vous n’hésiterez pas à accorder à votre corps et votre esprit un bon temps de relaxation profonde et de méditation.

Pour les yogis confirmés, on pourra agir avec le Pranayama (respiration rythmée),

Si on veut faire une pratique Langhana c’est-à-dire calmante, l’expiration devra être supérieure à l’inspiration et on associera un de ces pranayamas : Viloma / Candra / Annuloma et des rétentions poumons vides.

Si on veut faire une pratique Bramhana donc dynamisante et plus physique, on associera les prânâyâma Viloma / Nâdishodana (mais cependant attention à ce dernier en cas de déplacement, attendre 2 ou 3 jours avant de le faire) en veillant à une respiration ou égale (inspire = expire) ou des inspirations plus longues ou des rétentions poumons pleins.

Enjoy !

 

 

 

Yogie et voyageuse. Tentant la zénitude à tout moment, même en voyage !

Be first to comment